Auberge côté soleil
Purple Cat

primitive electric blues WWW.PURPLECAT.FR  

La presse 

   

 
Purple Cat Primitive Electric Blues - The band who perpetuates the sound of the early electric urban blues.

Article Soul Bag 2006 article corsematin
« There are times when his tone reminds me of BIG WALTER »
Jerry PORTNOY
Article Blues Mag article ZicaZic


2007
Extrait de la chronique de "Beat it out" pour le prochain
Blues & co (numéro 40).

Ecrit par Marc Loison

Blues & Co
 
http://www.blues-n-co.org
Sweet Home Chicago sur Radio 666  http://blues.radio666.com

PURPLE CAT Beat it out 2007 – autoproduction

Changement de personnel dans le Sud-Est : c’est l’Italien Guitar Ray qui prend en main la six cordes au sein de ce trio niçois qui nous avait déjà gratifié d’une bonne galette à l’automne 2006 intitulée « Blue petunia ». .... L’idée est de réactiver le « primitive electric blues » des origines, avec un certain bonheur pour le choix des reprises (Jimmy Reed, Muddy Waters, Slim Harpo…) mais aussi pour l’ossature des compositions, présentes pour moitié dans cette sélection équilibrée....

... Le jeu d’harmonica respecte les phrasés des légendes de Chicago. L’appui et l’expérience de Jerry Portnoy, son ami et mentor, lui ont bien profité. La guitare est tour à tour hargneuse ou douce, toujours présente,... La batterie apporte un socle confortable et sobre, apte à l’expression sans souci des deux frontmen. Le son global vintage maîtrisé atteste autant d’un goût sûr que d’une culture musicale bien assise.
Voilà un disque réjouissant pour qui aime son blues bien roots, sans fioritures, allègrement imbibé de la noirceur de la vie quotidienne des créateurs du blues. Leurs descendants seraient bluffés d’apprendre qu’on peut jouer ainsi en France !...

Ecrit par Fred Delforge


PURPLE CAT "Beat it out"
extrait de la chronique du vendredi, 25 mai 2007

...Des premiers ébats de la formation ne subsistent que deux piliers de cette hydre à trois têtes qui affiche résolument un line up atypique avec d’un côté un chanteur harmoniciste, René Perrier, et de l’autre un batteur, Charles Malnuit, tous deux rejoints par celui qui joue le rôle de l’invité de luxe, Guitar Ray, le guitariste des Italiens de Bluesgamblers... Un premier ouvrage de sept titres avait prouvé par l’objet et par le son que Purple Cat cultivait au fond de son jardin secret une passion immodérée pour Walter Hornton et qu’il savait s’y prendre quand il était question de jouer un blues urbain aussi électrique que dépouillé, voire même carrément primitif, ce que le groupe revendique d’ailleurs ouvertement. La toute nouvelle rondelle enfonce encore un peu plus le clou et confirme que l’avenir du blues passera par ces Niçois…

... Rien à faire messieurs, vos versions aussi dépouillées soient-elles d’hymnes comme « Careless Love », « Shake Your Hips » et autres « I Want You To Love Me » n’ont rien à envier à des titres personnels comme vos superbes « You Gonna Miss Me », « Ice Man Blues » ou « Primitive Blues » qui font non seulement de vous des compositeurs au talent fort enviable mais aussi de votre « Beat It Out » un ouvrage un peu hors du temps et hors des modes que l’on se plait à déguster sans modération ! La solution la plus simple consiste à envoyer le tout dans la platine en demandant une lecture aléatoire pour ainsi partager le bonheur de se retrouver irradié par une voix que l’on croirait empruntée à un des vieux bluesmen de Music Maker sur un panaché de titres signés tantôt Muddy Waters ou Jimmy Reed, tantôt René Perrier ou Charles Malnuit ! … Ca change du tout Chicago Blues et c’est très bien comme ça, surtout que la qualité est au rendez-vous !

BLUES MAGAZINE
Actualités Blues 2007 dans l'hexagone et pays francophone
*24 Mai 2007*

Voici surement LA découverte de l'année : "Purple Cat" Beat It Out.
Voix puissante, guitares efficaces, on se croirait au milieu des champs de coton. Cet album de 12 titres pour 42 minutes, autoproduit, démontre que la France n'est pas en reste au niveau des musiciens Blues et n'a pas à rougir de la comparaison avec les musiciens américains. Ce CD fera l'objet d'une chronique dans un prochain numéro de Blues Magazine, mais il a déjà fait des heureux en faisant partie de l'offre abonné au numéro 45.
Que du bonheur, précipitez-vous pour l'acquérir.

BLUES MAGAZINE


J'étais prévenu pourtant. Sur la tranche du boîtier et en couv y'avait bien encore une fois de précisé Purple Cat and His Primitive Electric Blues, mais je me suis une nouvelle fois fait piéger comme un bleu dès le premier titre, All Money Gone : le trio de la South-East of France se la joue punchy, mais avec un son que l'on croirait saisi dans un de ces vieux studios équipés des premiers magnétos à bande et dans lesquels se marraient de jeunes bluesmen aux noms encore peu connus,... Hooker,... Morganfield ; un Morganfield dont le trio reprend d'ailleurs I Want You To Love Me avec panache. Les 12 titres de l'album sont un beau mélange de reprises et de compos, dont 4 signées Charles Malnuit, un batteur à la frappe délicate et discrète, mais terriblement efficace à la fois. Quant aux deux autres compères, y'a que du bon à signaler : la voix de René Perrier est grave comme je les aime, profonde, chaude comme un tisonnier sorti du feu et son jeu d'harmo est direct, brut de fonderie, percutant, tandis que Guitar Ray, qui a succédé à Jean-Louis Azard (ref. leur premier CD de fin 2006, Blue Petunia), vous fait frissonner avec son jeu de gratte bien ciselé et vintage à souhait : fermez les yeux, écoutez, et vous chercherez encore à comprendre comment un tel trio (et sans bassiste) peut vous envoyer un tel son. Repassez-vous Ice Man Blues, Primitive Blues ou Beat It Out et vous verrez que le rythme vous prendra le pied, vous gagnera de partout, car le secret de Purple Cat est là : vous faire vibrer et vous faire bouger, vous faire partager ce plaisir de jouer le Blues, et de l'écouter. Des esprits chagrins vous diront qu'avec la technologie moderne ils auraient pu..., moi je leur réponds qu'ici vous avez de l'authentique, du spontané et du bon, du très bon car rien ne vaut l'authentique, ce qui finalement vous touche là, au cœur, et vous fait aimer un artiste ou un groupe. Moi, j'aime, j'aime beaucoup, et que vive le vintage Blues tel que joué par Purple Cat !

Frankie Bluesy Pfeiffer

ROOTSTIME
www.rootstime.be


Zelden met zo weinig verwachtingen een pakketje van twee cd's die we binnengekregen hadden beluisterd. De band "Purple Cat" wiens titelloze debuut me samen met hun nieuweling tussen een pakket van meer en minder bekende bluesartiesten, Americana stuff en singer songwriters, bezorgd was door Freddy, bleef gedurende een paar weken onaangeroerd en toen ik dan ook nog merkte dat het om een Franse band ging, was de drang om het ding in de speler te mikken nog kleiner. Tot ik één van de hoesjes omdraaide, en een typische blues lay-out bemerkte, je kent ze wel, de hoezen met vuile asbakken, sigaren, whiskyglazen, een achteloos neergelegde mondharmonica op een overvolle tafel. Dus het was blues. Bij "Purple Cat" als groepsnaam verwacht je dat niet zo direkt, toch maar eens luisteren, maar toch voorzichtig, Frankrijk is nu niet direkt het land van waaruit wij veel goede blues ontvangen. Maar dan, vanaf de eerste noten, waren al mijn onterechte vooroordelen verdwenen, om het met een cliché te zeggen, als sneeuw voor de zon. Dit Franse trio bestaande uit Rene Perrier zang en harmonica, drummer Charles Malnuit en gitarist Guitar Ray brengen ons zoals ze het zelf op hun site noemen: "Primitive electric blues", en hoe klinkt dat, wel net of je een cd van de vroegere Chess grootheden opstaan hebt, Little Walter of Muddy Waters. René Perrier is sterk beinvloed door Jerry Portnoy, de harpspeler van Muddy Waters. Het is ook tijdens een concert van Muddy in Antibes in 1974, dat hij het licht zag, om het zo te zeggen. Dat openingsnummer wat me direkt greep, was Johnny Young's "All My Money's Gone", vervolgens krijgen we een prachtversie van Jimmy Reeds "High and Lonesome", Muddy Waters' "I Want You To Love Me" en "Tiger Man" van Lewis Burns, maar de tweede helft van de cd is eigen materiaal, waarvan het grootste deel van drummer Malnuit. Dus zoals ik al zei, prima klinkende Chicago blues, met een randbemerking, René is een prima harper, maar de groep van een goede shouter voorzien zou geen slechte beslissing zijn. Rene heeft geen krachtige stem (al lijkt ze wat op die van Leon Redbone) en camoufleert dit door zijn teksten meer te declameren dan te zingen, spijtig, want daardoor gaat een gedeelte van de power die de groep duidelijk heeft, verloren. Dat René wel degelijk zijn vak van mondharmonica spelen kent, kan je merken als je op hun site even de fotogallerij bekijkt: René op het podium met The Nighthawks, Melvin Taylor, Pinetop Perkins, Junior Wells en nog talloze anderen. Even ook hun debuut, een titelloos mini cdtje met 7 songs uit 2005 beluisterd en deze bevat alleen covers, vooral van mondharmonica grootheden zoals Walter Horton, Little Walter, maar ook Jimmy Rodgers "What have I Done", samen met de cover van B.J Johnson "Humming Blues", zowat de enige nummers waar de stem van René Perrier wel tot zijn recht komt. De bekende Little Walter instrumental "Blue Midnight" is natuurlijk wel meer dan o.k en klinkt zo authentiek, dat het wel lijkt of je naar de originele Chess opname luistert. Goede Chicago blues uit een land waar je het niet zou verwachten. Blow it one more time, René!
(RON)

BLUES BYTES USA

Purple Cat, a French band based out of Marseille... turns in impressive instrumental work. Vocalist/harper Rene Perrier and his mates are fans of Walter Horton, with three covers on the seven cut program. Their version of Walter Jacobs’ bluesy “Blue Midnight” is impressive and their take on Jimmy Rogers’ “What Have I Done” does its best to transcend the language barrier. All in all a fun recording.
--- Mark E. Gallo

emusicblast USA



About this Artist: Since 1974, members of the french band Purple Cat have played with such great blues people in the States and Europe. Their music is like a revival project to continues the early urban blues from the forties and fifties. Their CD " Blue Petunia" get well reviews in the major blues revues in France.
How this name was chosen: This name came from a Chicago' club in the forties called "Purple Cat Lounge" where all the great chicago bluesmen began as Little Walter, Sonny boy Williamson, Muddy Waters, etc...
Online Performance: Yes, we play live in France in clubs and outside events and we are looking for playing in festivals and blues events in the States.

Would this Artist sign a major deal?: Yes, for sure
Band History:
Major influences include: Early urban blues : Muddy Waters, Walter Horton, Jimmy Reed, Little Walter, Jerry Portnoy.

DRAHEIM BLUES
TORUN, POLAND

www.blues.pl/draheim

You guys really sound fat here. This is the kind of blues I can't get enough of, really classy. Great job!
 
Best wishes,
Przemek Draheim
 


LA STRADA
DU 16 JUILLET AU 29 JUILLET 2007

Purple Cat
And his Primitive Electric Blues
Beat It Out


Les Purple Cat sont nés de l'union de Charles Malnuit, ancien batteur des Nighthawks, et de René Perrier l'un des fondateurs des Flying Saucers, avec la collaboration de Guitar Ray, éminent guitariste transalpin ( Blues Gamblers, Jerry Portnoy, Otis Grand, Sonny Rhodes ). Beat it out, terme fréquemment utilisé dans le langage afro-américain pour désigner l'action de se donner à fond dans l'interprétation d'un morceau, résume bien l'ambiance du nouvel album de Purple Cat. L'enregistrement réalisé en avril 2007 aux Studios Millenium dans le plus pur esprit des célèbre labels US des années 50 sans effets ni interventions sur le son, en prise directe et souvent unique, reflète clairement la démarche du groupe. Voix puissante, guitares efficaces, on se croirait au milieu des champs de coton. Cet album de 12 titres pour 42 minutes, autoproduit, démontre que "Beat It Out" satisfera les amateurs d'une musique basée sur le son et le feeling.

OCT./NOV./DEC. 2007

PURPLE CAT
Beat it out


L'avis de la rédaction : OVATION

On pourrait dire sans réserve tout le bien que l'on pense d'un ouvrage qui se passe encore une fois de basse si ce n'est qu'une erreur technique surnage... Rien de bien dramatique, mais pourquoi avoir mis en avant les six reprises, certes astucieusement interprétées, au détriment des six compositions remisées en fin d'album ? Modestie ? Rien à faire messieurs, vos versions aussi dépouillées  d'hymnes impérissablescomme n'ont rien à envier à des titres personnels qui font non seulement de vous de grands compositeurs, mais aussi de votre  Beat It Out  un ouvrage un peu hors du temps et hors des modes !

Le remède reste d'envoyer le tout dans la platine en demandant une lecture aléatoire pour ainsi partager le bonheur de se retrouver irradié par une voix que l'on croirait empruntée à un des vieux bluesmen de Music Maker sur un panaché de titres signés tantôt Muddy Waters ou Jimmy Reed, tantôt René Perrier ou Charles Malnuit ! L'association Greenbullet et Marine Band fonctionne particulièrement bien et se voit complétée par un jeu de guitare qui n'en fait pas des tonnes et par une batterie délicatement posée pour apporter des couleurs changeantes selon les directions choisies par le trio. Purple Cat a eu le courage de choisir de jouer un blues d'une manière qui tend un peu à se perdre et c'est très bien comme ça, surtout que la qualité est au rendez-vous ! 

FRED DELFORGE

N° 188 - SEPTEMBRE 2007


Dans la rubrique beau son, le vainqueur du trimestre est le groupe Purple Cat. Sur ce deuxième CD, on retrouve René Perrier au chant et à l'harmonica, Charles Malnuit à la batterie et Guitar Ray prend la suite de Jean- Louis Azard à la guitare. La pochette annonce " primitive electric blues " et ne se trompe pas ! Une moitié de reprises ( Johnny Young, Jimmy Reed, Muddy Waters, Slim Harpo) et une moitié d'originaux dans la même veine. Tout y est gentiment travaillé, sans fioritures, avec une recherche constante de la note juste, du bon son. On sent le trio particulièrement à l'aise dans les tempos moyens, c'est d'ailleurs là que le style vocal, voix de basse, quasi parlé, de René Perrier trouve toute son efficacité. A l'harmonica, il sait tenir ses notes, préférant le riff à la prouesse. Les guitares de Guitar Ray, rythmiques et solistes, sont vintage... Enfin, Charles Malnuit fait partie de ces batteurs qui n'ont pas besoin d'en rajouter pour swinger. A écouter fort et voir sur scène.

Ecrit par Christian le 18-01-2008

A l’inverse de beaucoup qui, en matière de Blues, cherchent à faire du neuf avec du vieux, Purple Cat a pris le chemin à l’envers, et a choisi de faire du vieux avec du neuf, ou presque : sur les douze titres qui composent cet album très typé Chicago Blues années 40, vous trouverez une bonne moitié de compositions originales, mais jouées et enregistrées « à l’ancienne », c’est-à-dire en cherchant à reproduire le son si particulier des premiers disques de Blues électrique.
La démarche est intéressante, séduisante, même, mais beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. En effet, pour aller jusqu’au bout de l’expérience, il faudrait reproduire, en plus des instruments et amplis d’époque, toute la chaîne d’enregistrement, depuis les microphones à charbon jusqu’aux magnétos à fil magnétique, en passant par les consoles de mixage à lampes.
Alors bien sûr, on peut toujours « salir » un son pour s’approcher de ce résultat, çà fonctionne assez bien sur l’harmo, notamment, mais la voix est en revanche restée beaucoup trop « propre » et pas suffisamment portée pour faire illusion. Le mixage a également été travaillé dans le sens de ce qui se faisait à l’époque : harmo très en avant, guitares loin derrière, très peu de grave - la guitare basse n’existait pas encore. Mais alors dans ce cas, pourquoi ne pas l’avoir fait en mono ? La stéréo n’a réellement été développée qu’à partir de la fin des années cinquante…
Reste la musique, qui porte haut et fort le label « Primitive Electric Blues ». Les reprises sont fidèles aux originaux, et les compos sont tout à fait dans l’esprit de ce Blues qui se cherche encore : plus vraiment rural, pas encore tout à fait urbain, mais authentique à souhait !
Et on comprend mieux pourquoi quand on sait que René Perrier a appris son art de Jerry Portnoy et a joué avec Junior Wells et Buddy Guy, que Guitar RAY est le guitariste accompagnateur attitré d’Otis Grand pour ses tournées européennes et.que c’est le batteur, Charles Malnuit, connu comme le loup blanc par les amateurs de Blues du Milieu Niçois, qui a signé la plupart des compos de l’album…

ZICOMANIA

PURPLE CAT
Beat It Out

A première vue, une chose a attiré mon attention: il n'y a pas de basse. Donc, curieux de nature, j'ai écouté cette formation dénuée de l'immanquable instrument à 4 cordes et surprise, ça ne manque pas. Cet album m'a ramené quelques années en arrière du temps ou j'écoutais Mississippi Fred Mc Dowell avec mon pote pascal (bassiste !) et un Jack Daniel bien frappé. Purple Cat distille un Blues primitif et authentique oh combien riche en clichés ancestraux, digne de l'époque ou les Howlin Wolf, John Lee Hooker, Muddy Waters et autres piliers faisaient pâlir de rage ces "culs blancs", administrateurs de champs de coton, berceaux de cette musique et incapables de comprendre cette religion du Blues. Fermez les yeux, vous entendrez, le fantôme de Little Walter jouant dans un de ces café sombre et enfumé des bas fonds de Chicago. Les musiciens n'ont rien à envier aux Américains, ils sont
d'une grande discrétion mais d'une efficacité remarquable. L'harmo
saturé donne cette touche de chaleur enveloppant le tout dans du coton,
la voix chaude et profonde de René Perrier donne une valeur
indéfinissable, tandis que la guitare est bien présente là ou il faut sans noyer les morceaux de notes orgueilleuses et trop nombreuses. Quant à la batterie, elle colore judicieusement l'atmosphère emprunté par ce trio hors du commun. Si vous voulez replonger dans le pur, l'authentique et l'indéracinable Blues du temps jadis,écoutez ce petit joyau délicatement préparé.

Good harmonica, drums & guitar playing leading to a remarkable primitive electric blues sound. A surprise from France. Their new CD: Beat It Out


blue-ears@hotmail.com
www.shoutcast.com


blue ears RADIO

We like the album and will include 5 tracks on our playlist very soon.

Best regards and we wish you success,

Hans van Achterberg / Blue Ears

 

B L U E S   &   R Y T H M   ( U K )
J a n u a r y   2 0 0 8
P U R P L E   C A T :   B e a t   I t   O u t
O w n   l a b e l   ( 4 1 : 2 4 )

T h i s  F r e n c h  t r i o  r e a l l y  d o e s  b e a t  i t  o u t  à   l a 

D o c t o r  R o s s ,  P a p a  L i g h t f o o t  o r  m a y b e  e a r l y

B i g  W a l t e r  H o r t o n  b o o g y i n g  r h y t h m s  a n d  g r e a t 

s l a b s  o f  o v e r - a m p l i f i e d  b l a s t i n g  h a r p .  L e t ' s 

f a c e  i t ,  a n y  a l b u m  t h a t  o p e n s  w i t h  a  c o v e r  o f 

J o h n n y  Y o u n g ' s  ( A l l  M y  M o n e y  G o n e )  h a s  g o t  t o

h a v e  s o m e t h i n g  g o i n g  f o r  i t .  P r i m i t i v e  e l e c t r i c 

b l u e s  i s  t h e  b y - l i n e  y o u  g o t  i t ,  v o c a l s ,

h a r m o n i c a ,  g u i t a r  a n d  d r u m s ,  p l a y e d  e a r l y

C h i c a g o  s t y l e .  P u r p l e  C a t  (  R e n e  P e r r i e r ,  t o  u s e

h i s  r e a l  n a m e  )  h a s  b e e n  e n c o u r a g e d  a n d

t u t o r e d  b y  J e r r y  P o r t n o y ,  a n d  h i s  e n t h u s i a s m  i s

i n f e c t i o u s .  T h e r e  a r e  a  c o u p l e  o f  m o r e  m o d e r n 

t r a c k s  t h a t  s p o i l  t h e  f l o w  a  l i t t l e  a n d  s o m e  o f 

t h e  v o c a l s  h a v e  a  l i t t l e  c u r i o u s  i n t o n a t i o n ,  b u t 

n o w a d a y s  w i t h  t h i s  k i n d  o f  m u s i c   i t  i s  t h e

g r o o v e  t h a t  c o u n t s  a n d  M r .  C a t  a n d  c o h o r t s

c e r t a i n l y  h i t  t h a t  g r o o v e .

N o r m a n  D a r w e n

ZICOMANIA

Salut vous qui bluesez !!

Purple Cat viens de faire son entrée sur Zicomania.
Trio de Blues authentique et "primitif" oh combien plaisant à écouter.

Présentation sur la page :

http://www.zicomania.fr/groupes.html